Formation

Conférence

Quand : 20.05.14 Où : Inra Paris | Paris | France

Conférence "Sciences en Questions"

"Les dérives de l’évaluation de la recherche, du bon usage de la bibliométrie"

par Yves Gingras

professeur au département d’histoire de l’Université du Quebec à Montréal et directeur scientifique de l’Observatoire des sciences et des technologies

>>>> A suivre en streaming >>>>

http://www6.inra.fr/sciences-en-questions/Page-d-accueil/Actualites/Prochaine-conference

 
En historien des sciences, Yves Gingras utilise les outils bibliométriques pour analyser la dynamique globale de la science ou les trajectoires particulières de disciplines scientifiques.

La réflexion d’Yves Gingras ne s’arrête pas à la dénonciation des incohérences actuelles, de mieux en mieux identifiées, sans être associées pour autant à un changement notable des pratiques. Au-delà de ce constat, il nous invite à utiliser davantage les données bibliométriques pour regarder et comprendre de l’intérieur, d’un point de vue sociologique, les dynamiques de la recherche. Cette approche devrait, in fine, servir les politiques scientifiques plus efficacement que la multiplication d’évaluations inadaptées.


Yves Gingras :

Après une maîtrise en physique à l’Université Laval, Yves Gingras a obtenu un doctorat en histoire et en sociopolitique des sciences à l’Université de Montréal en 1984. Il a été chercheur invité dans plusieurs universités américaines et françaises (Harvard, MIT, CNRS, EHESS).

Depuis 1986, Yves Gingras est professeur titulaire à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), d’abord au département de sociologie, puis d’histoire. Ses recherches portent sur la transformation des universités et des disciplines et sur l’évaluation de la recherche. En 1997, il participe à la création d’un Observatoire des sciences et des technologies (OST) dont il est toujours directeur scientifique et a dirigé durant quatre ans le Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie de Québec (CIRST, 2001-2005).

 Plusieurs prix témoignent de sa contribution scientifique originale : par exemple, la British Society for the History of Science lui a décerné le prix Ivan Slade 2001 pour son essai sur la mathématisation des sciences physiques et l’Association francophone pour le savoir (ACFAS) lui a octroyé en 2007 le prix Jacques-Rousseau pour saluer les liens qu’il noue entre différentes disciplines.

 

Twitter